archives

Tarn, pays préservé

Vous êtes ici : EDT Archives Communales / Introduction / Richesse des archives / Conditions de cette richesse / Tarn, pays préservé

L'archevêché (La Berbie) vu de la place Sainte-Cécile (7 FI 4/123)

La richesse des archives communales dans le Tarn tient aussi aux aléas de l’Histoire. En effet, même si des pertes d’archives dues aux guerres de religion ou aux passages de troupes dans la région – comme à Lisle-sur-Tarn qui doit au passage du capitaine Monluc, frère de Blaise, la destruction d’une partie de ses archives en 1577 – sont à déplorer, ce n’est rien en comparaison des départements ayant subi la réalité des combats des guerres de 1870 et 1914-1918 ou des bombardements de 1944. On rappellera que Saint-Lô a été détruite à 90 %... De même, la destruction d’archives lors de la Révolution française relève davantage, dans le Tarn, du fantasme que de la réalité : si on ne peut que regretter la destruction des archives de l’évêché (et de la cathédrale) d’Albi, peu de communes ont été touchées. De fait, les lacunes et pertes constatées dans les collections relèvent plus des accidents ou des négligences humaines (cf. Conditions de conservation en mairie) que de grands évènements historiques ou climatiques.

 

 Mentions légales Plan du site