archives

Animation du réseau des archivistes communeaux

Vous êtes ici : EDT Archives Communales / Introduction / La réalité de terrain / Le rôle des Archives départementales / Animation du réseau des archivistes communeaux

Réunion du réseau des archivistes communaux en juin 2007

En 2008, les communes de Saint-Sulpice et de Castelnau-de-Montmiral sont entrées dans Dans un certain nombre de villes du département, Albi, Castres, Mazamet, Carmaux, Graulhet, Puylaurens ou encore dans les agglomérations du canton de Sorèze, les archives sont gérées par des personnes, parfois bénévoles, faisant office d’archivistes ou véritables professionnels. Jusqu’en 2000, chaque responsable des archives en commune était isolé et travaillait en vase clos, sans pouvoir échanger avec ses collègues et aborder les problématiques spécifiques à la gestion des archives : classement, cotation, communicabilité, valorisation des archives, etc.

Seule la création d’un véritable réseau professionnel d’archivistes municipaux pouvait pallier cet état de fait. Partant du constat que, du fait de l’exercice du contrôle scientifique et technique sur les archives communales, les Archives départementales du Tarn sont le point de convergence des archivistes municipaux, et s’appuyant sur son expérience au sein du ministère de l’Equipement, Sylvie Desachy, directrice des Archives départementales du Tarn depuis 2000, a souhaité mettre en contact et fédérer tous les responsables d’archives dans les communes.

Le réseau s’est constitué dès l’année de sa prise de fonctions dans le Tarn, en 2000, avec la participation des archivistes de sept communes, Albi, Castres, Carmaux, Gaillac, Mazamet, Rabastens et le canton de Dourgne. En 2001, le groupe s’est enrichi de la présence du « conseiller archives » de la Direction régionale des affaires culturelles et, progressivement, sont venus s’ajouter aux sept communes initiales, les villes de Sorèze, Puylaurens, Lavaur, le Centre de gestion, puis les communes de Saint-Juéry et de Graulhet. le réseau, suivies par la commune de Saïx en 2009.

Le réseau compte aujourd’hui une vingtaine de membres actifs pour dix-huit institutions. Il fonctionne avec trois réunions annuelles, organisées en alternance aux Archives départementales et dans les locaux des communes adhérentes au réseau. Ces sessions de travail comportent à la fois un temps d’échange sur les projets en cours dans chaque institution et une partie thématique qui s’apparente à de la formation continue. Les thèmes abordés lors des sessions sont très variés, de la numérisation des documents à la description archivistique normalisée en passant par l’action culturelle, la prévention des sinistres, les archives contemporaines, les tableaux de gestion, la loi sur les archives de juillet 2008 ou encore la création d’un site internet pour les archives.

 Mentions légales Plan du site