archives

Les communautés d'habitants

Vous êtes ici : EDT Archives Communales / Introduction / Le contexte départemental / Historique / Les communautés d'habitants

Portraits des consuls d'Albi, dans le cartulaire municipal, tome 7 (4 EDT AA 7)

Sous l’Ancien Régime, la cellule de base de l’organisation administrative est constituée par la communauté d’habitants, ancêtre direct des communes actuelles. Avec l’affaiblissement progressif des tutelles seigneuriales, émergent au XIIe siècle les communii, associations scellées par un serment de fidélité collectif visant à obtenir l’octroi de chartes de privilèges. Dans le sud de la France, ces « communes » prennent la forme d’un consulat et apparaissent dès la fin du XIIe siècle et le début du XIIIe siècle pour l’Albigeois.

Les communautés d’habitants ont à leur tête des consuls qui ont des pouvoirs plus ou moins étendus, selon le degré d’affranchissement de la communauté. Le nombre de consuls varie de 1 à 6 ; de même, leur mode de désignation est très variable d’une communauté à l’autre. La communauté, représentée par ses consuls, détient des attributions administratives, militaires, économiques, de police. Elle est surtout une entité fiscale, solidaire dans le paiement de l’impôt et chargée de son recouvrement. Son compoix, équivalent à la fois d’une matrice cadastrale et d’un rôle de l’assiette, lui permet d’asseoir l’impôt foncier sur les terres roturières. Une véritable administration consulaire se met en place, s’appuyant à la fois sur une pratique de l’écrit héritée du droit romain et sur des professionnels de l’écriture. Ces consulats vont produire de plus en plus d’archives au fur et à mesure de la complexification de leur administration. Cependant, les consulats, puissants à la fin du Moyen Âge, voient progressivement leur pouvoir réduit par la royauté : à la fin de l’Ancien Régime, les consulats sont peu ou prou sous la coupe du pouvoir central.

Le nombre des communautés des trois diocèses d’Albi, Castres et Lavaur a pu varier au cours de l’Ancien Régime. A la fin de l’Ancien Régime, on en décompte 368 : 198 dans le diocèse d’Albi, 81 dans celui de Castres et 89 dans celui de Lavaur. Les limites territoriales des communautés étaient précises quoique souvent complexes. L’une des caractéristiques de ces  territoires des communautés tient au fait qu’il ne concorde pas avec la carte des paroisses : leur nombre est bien plus grand que celui des communautés. A l’inverse, une paroisse peut s’étendre sur plusieurs communautés. Le record du nombre de paroisses revient à Rabastens, qui en compte 26 tandis que 36 communautés n’ont pas de paroisse propre et relèvent de la paroisse d’une autre communauté.

Pour plus de détails sur les communautés du Tarn, on pourra utilement se reporter à l’introduction du dictionnaire des communes du Tarn : Communes du Tarn : dictionnaire de géographie administrative, paroisses, étymologie, blasons, bibliographie, sous la direction de Jean Le Pottier, Albi, Archives et Patrimoine, 1990, p. XIV-XVII.

 Mentions légales Plan du site